Découvrez le territoire avec

Partagez sur

Publié le 14 décembre 2021

Territoire

Pour favoriser une alimentation de proximité, durable et accessible, Angers Loire Métropole a validé, le 13 décembre, son projet alimentaire territorial (PAT). Il se décline en 64 actions, applicables jusqu’en 2030.

Le sujet n’est pas nouveau. Il est surtout devenu très officiel. Ce 13 décembre, les élus communautaires ont validé à la quasi-unanimité, moins une voix, le Projet alimentaire territorial d'Angers Loire Métropole (PAT). Cette feuille de route relative au maintien et au développement de l’agriculture locale et à l’alimentation, "de la fourche à l’assiette", a été élaborée il y a deux ans désormais à l’appui de la loi EGalim qui vise une alimentation saine, durable et accessible. L’enjeu n’est pas mince, puisqu’il s’agit aussi pour le territoire de sauvegarder voire de reconquérir sa souveraineté alimentaire, via la relocalisation de son agriculture. Comme prévu, le PAT –dont les orientations avaient déjà été approuvées en octobre 2020- a été amendé des conclusions des Assises de la transition écologique, issues du vote des habitants l’été dernier.

Pour y répondre, Angers Loire Métropole s’est entouré d’une multitude de partenaires dont certains historiques, comme la Chambre d’agriculture. On trouve aussi parmi eux les acteurs du système alimentaire du territoire représentant les citoyens, les acteurs publics, économiques et sociaux.

64 actions

Etabli sur la base d'une feuille de route qui court jusqu’en 2030, le PAT se décline concrètement en 64 actions, "sachant que 12 sont déjà finalisées et 35 en cours de réalisation. Nous avons dû prioriser, ainsi 17 autres seront réalisées ces prochaines années", détaille le président d'Angers Loire Métropole Christophe Béchu. Celles qui ont un lien avec l’aide à l’installation des porteurs de projet agricole seront traitées en priorité. Angers Loire Métropole acquerra en effet, dès 2022, une trentaine d’hectares sur le territoire en vue de les mettre à leur disposition. La collectivité s’engage également à financer 180 jours de formation pour les agriculteurs nécessitant un accompagnement dans leurs projets d’installation, de transmission d’exploitation agricole ou encore dans leur souhait de se diversifier en agriculture durable. Concernant le soutien aux circuits courts, la collectivité et ses partenaires s’engagent à apporter une aide aux artisans et commerçants lors de la première année de leur certification bio. Autre exemple: la mise à l’étude d’un atelier de reconditionnement destiné aux produits frais invendus, et dédiés à l’aide alimentaire.

Une alimentation durable pour tous

La lutte contre le gaspillage alimentaire est une autre composante du Projet alimentaire territorial. Les actions de sensibilisation, déjà menées dans des écoles de la ville d’Angers, seront ainsi étendues à une dizaine d’autres communes. Ceci dans le cadre du programme "Alimen’Terre" que pilote la cuisine centrale Papillote et Compagnie. Mais le PAT, c’est beaucoup d’autres initiatives encore pour organiser l’accessibilité sociale à une alimentation durable pour tous, accompagner les changements de comportement et valoriser les savoir-faire et les produits locaux durables.

En septembre dernier, Angers Loire Métropole a reçu la labellisation du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Une partie des projets initiés dans le cadre du plan bénéficiera ainsi d’une subvention obtenue au titre du plan "France Relance".

Plus d'infos sur le projet alimentaire territorial d'Angers Loire Métropole