Découvrez le territoire avec

Partagez sur

Publié le 03 novembre 2021

Après un an de participation et de consultation citoyenne, 63 actions seront mises en oeuvre très concrètement sur le territoire au profit de la transition écologique.

Rendez-vous était pris auprès des citoyens. Le 5 octobre au soir, soit près d’un an après leur lancement, les Assises de la transition écologique d’Angers Loire Métropole ont livré leurs résultats. Chaque habitant pouvait retenir 54 actions prioritaires sur les 135 propositions, en remplissant me cahier de vote directement envoyé dans toutes les boîtes aux lettres début juillet. La consultation citoyenne était ouverte jusqu’au 15 septembre. 8 637 votes ont été comptabilisés, 70% par cahier de vote papier transmis dans l’enveloppe T prévue à cet effet; les autres votes ont été opérés numériquement et notamment les quinze derniers jours coïncidant avec le retour des étudiants. 

"Dès le début de notre démarche, nous avions cette volonté forte d’aller chercher les citoyens de tout le territoire pour leur offrir cette possibilité, assez rare finalement, d’ouvrir le débat sur la transition écologique et de partager leurs idées sur la manière de limiter individuellement et collectivement les émissions de gaz à effet de serre, explique Corinne Bouchoux, vice-présidente d’Angers Loire Métropole en charge de la Transition écologique et des Déplacements. En ce sens, on peut dire que la dynamique est enclenchée, elle est même très active et les citoyens nous ont fait comprendre qu’ils voulaient continuer à être associés aux prises de décision."
Autre objet de satisfaction: la carte des votes. Celle-ci peut être calquée sur la carte de répartition des habitants dans le territoire. La ville d’Angers, qui concentre la moitié de la population de l’agglomération, est à l’origine de la moitié des votes. Même constat pour les communes de première (28%) et de deuxième couronne (19%), qui ont voté proportionnellement à leur nombre d’habitants.

Pour ce qui concerne les priorités pointées par les votants, là encore, peu de différences significatives selon que l’on habite à Angers ou dans les autres communes. Les tendances sont les mêmes, "sauf sur la question des déplacements, ce qui se comprend aisément", commente l’élue.

Vélo, alimentation, antigaspi

Quant aux types d’actions désignées prioritairement par les habitants, l’avantage a été donné aux actions pragmatiques et de bon sens. Pour résumer: celles proposant des solutions simples sur la manière de sécuriser la pratique du vélo ont été plébiscitées. Même engouement pour une alimentation saine et accessible en circuit court. La problématique du gaspillage a aussi retenu l’attention des votants, par exemple par la création d’un centre anti-gaspillage alimentaire en vue d’organiser la collecte des invendus et des surplus des producteurs locaux pour les redistribuer aux personnes en situation de précarité.

"Toutes les actions qui ont retenu les faveurs de nos concitoyens seront mises en oeuvre selon un premier cadencement que nous allons présenter et voter au conseil communautaire de décembre, assure Corinne Bouchoux. Pour aller plus loin toutefois, nous avons décidé, avec le président Christophe Béchu et mes collègues vice-présidents en charge de l’alimentation et de l’agriculture, du cycle de l’eau, des déchets, des énergies renouvelables, du tourisme du développement économique, du logement... d’ajouter neuf autres actions que nous jugeons structurantes." 
Ces 63 actions sont à retrouver en ligne, avec les résultats détaillés du vote pour chacune des 135 propositions issues de la consultation populaire qui avait mobilisé, rappelons-le, près d’un millier de contributions citoyennes en six mois partout dans le territoire.

8 637 foyers ont voté

Cet été, près de 8700 foyers des 29 communes de l’agglomération ont rempli le cahier de vote reçu à domicile, élaboré dans le cadre des Assises de la transition écologique. Si les communes ont toutes voté proportionnellement à leur population, la palme revient toutefois à la commune d’Ecuillé, située au nord, et, au sud, à Soulaines-sur-Aubance, où plus de 10% des habitants se sont mobilisés.

Les foyers votants étaient invités à prioriser 54 actions parmi les 135 proposées. A l’issue des votes, il est apparu clairement que les déplacements alternatifs à la voiture, comme le vélo, la marche à pied ou encore les transports en commun, restaient les premiers vecteurs de transition écologique. C’est du moins l’avis des habitants qui ont réfléchi à la question, via les cahiers de vote. 72% des votants, soit 6072 foyers, souhaitent que les aménagements cyclistes soient séparés physiquement des autres flux sur les grands axes et que les carrefours soient systématiquement sécurisés. C’est le plus gros score.

Plus de stationnements vélo

Pour inciter les habitants à davantage utiliser leur vélo, les citoyens ont aussi pointé du doigt l’importance qu’il y avait à garantir la continuité entre divers modes de transport -la fameuse intermodalité- et à soigner le stationnement des deux-roues. Exemple: 5382 foyers votants (64%) demandent d’améliorer les possibilités d’emporter un vélo dans un bus, un tramway ou un train et de développer le stationnement à proximité des stations de transports en commun. Les Assises ont parfois débouché sur des propositions d’actions déjà existantes ou programmées par les politiques publiques, comme le plan Vélo par exemple. Ainsi Angers Loire Métropole, qui a déjà attribué 3600 aides financières depuis juin 2019 pour l’achat d’un vélo ou d’un vélo cargo électrique, est invitée à élargir ce soutien financier à l’achat d’un vélo classique.

Un groupe d’évaluation "citoyen"

Pour garder le contact avec les habitants et leur permettre de suivre l’avancement des travaux, Angers Loire Métropole va créer un groupe d’évaluation constitué de citoyens. Pour cela, des habitants seront tirés au sort. Ceci aux côtés des élus bien sûr, qui auront à se prononcer, dès le conseil communautaire de mi-décembre, sur un premier cadencement de réalisation des actions. A noter que des membres de la société civile, issus du Conseil de développement Loire Angers, y seront également associés. Un premier point d’étape aura lieu dans un an.

Parmi les premières actions mises en œuvre, on peut citer l’adoption du projet alimentaire territorial avant la fin de l’année. Celui-ci sera enrichi des propositions retenues par les votants. 69% d’entre eux pensent, par exemple, que le développement des points de vente directe pourrait soutenir la transition écologique. 58% misent sur la création de jardins de village et de nouveaux jardins partagés. Courant 2022, un box réservé aux producteurs locaux pourrait voir le jour au Marché d’intérêt national Angers Val de Loire. Ces actions et bien d’autres seront peu à peu planifiées jusqu’en 2026.

8637 cahiers de vote ont été remplis. 4399 sont le fait de foyers angevins (51% des votes). 2436 sont issus des communes de la première couronne (28%) et 1671 des communes de deuxième couronne (19%).

54 actions pouvaient être choisies pour chaque vote, et ainsi désignées comme prioritaires pour lutter contre le réchauffement climatique et accélérer la transition écologique du territoire.

"L'ensemble des votes nous envoie un message clair"

Corinne Bouchoux, vice-présidente en charge de la Transition écologique et des Déplacements

Un an après leur lancement, les Assises de la transition écologique ont rendu leur verdict. Etes-vous satisfaite?
Je me réjouis car l’ensemble des votes nous envoie un message clair. 72% des votants jugent par exemple prioritaire de sécuriser les carrefours et de renforcer les aménagements cyclables séparés des autres flux sur les grands axes. Bien sûr, nous aurons toujours besoin de la voiture, mais nous ne pourrons pas continuer comme avant. 70% de nos déplacements s’effectuent sur des distances de moins de 4 km. Chacun de nous va devoir réinterroger sa manière de se déplacer au quotidien, redécouvrir ses jambes quand cela est possible, et repenser sa manière d’utiliser la voiture.

L’analyse des votes montre que les habitants des première et seconde couronnes ont participé à ce vote citoyen dans les mêmes proportions que les Angevins. Qu’en déduisez-vous?
La dynamique enclenchée est très positive. Je suis vraiment satisfaite que cette consultation citoyenne se soit faite à l’échelle de tout le territoire. Nous avons bien vu que les citoyens voulaient être associés à tout ce qui touche à la transition écologique. Leurs choix se sont portés prioritairement sur des actions concrètes, simples et de bon sens. En décembre, nous délibérerons sur le cadencement des engagements sachant que certaines actions sont plus simples, donc plus rapides à réaliser. Pour garder ce contact direct avec les habitants, un comité de citoyens sera tiré au sort pour évaluer régulièrement la mise en oeuvre du programme d’actions.

Aux 54 premiers choix que les votants ont opéré, l’exécutif d’Angers Loire Métropole a décidé d’en ajouter 9 autres. Pourquoi?
Les vice-présidents directement impliqués dans la transition écologique, et dont je fais partie, ont décidé que ce serait bien d’en faire un peu plus. Nous avons repêché des actions qui arrivaient souvent en troisième choix. Ces actions nous ont semblé structurantes. Je pense à celle que 40% des foyers votants ont cochée et qui doit faciliter l’installation des porteurs de projet agricole en leur permettant d’accéder plus facilement à un terrain.