Découvrez le territoire avec

Partagez sur

Publié le 15 juillet 2021

D’ici à fin août, les habitants sont invités à choisir les actions qu’ils jugent prioritaires pour agir face à l’enjeu de la transition écologique. Le cahier de vote, diffusé avec les magazines Vivre à Angers et Métropole, recense 135 propositions issues de la participation citoyenne.

Un an après l’installation des nouveaux conseils municipaux et entre deux confinements, la participation citoyenne déployée à l’occasion des Assises de la Transition écologique de l’agglomération entre dans une nouvelle phase. "Un véritable exercice démocratique, souligne Corinne Bouchoux, vice-présidente aux Déplacements et à la Transition écologique. On peut parler d’intelligence collective car tout le monde s’y est mis. Cent vingt ateliers ont été organisés dans la grande majorité des communes; ils ont réuni citoyens, associations et élus. Cent quarante citoyens ont débattu au sein d’ateliers animés par Angers Loire Métropole. Les entreprises aussi ont répondu présent. Cette consultation a permis de réunir des habitants, parfois d’un même immeuble, d’un même quartier, des familles d’une même école... Elle a créé le lien social qui faisait sans doute vraiment défaut à ce moment-là."

Cahier de vote dans les boîtes aux lettres

Côté chiffres, la concertation citoyenne s’est conclue fin avril sur 1002 propositions exactement: 877 ont été retenues puis synthétisées pour aboutir à 135 propositions concrètes, réparties dans les 7 thématiques abordées: se nourrir, consommer, s’épanouir, se déplacer, vivre en bonne santé, se loger, produire et travailler.

Durant tout l’été, ces propositions sont soumises au vote des citoyens, en ligne ou via un cahier de vote distribué dans toutes les boites aux lettres, en même temps que les magazines Métropole et Vivre à Angers.  

"Sans surprise, c’est la question des déplacements qui a suscité le plus de suggestions et notamment celle des vélos, note Chloé Jacques, cheffe de projet de l’agence Auxilia, qui a accompagné élus et techniciens d’Angers Loire Métropole. "Assurément, cette réflexion sera une aide à la décision, poursuit corinne Bouchoux. Le quart des actions proposées est totalement inédit dans notre territoire. Les autres permettront d’aller plus loin dans nos politiques publiques."

Quid des propositions non retenues? "125 propositions ont été jugées non recevables. Soit parce qu’elles correspondaient à des actions déjà existantes, soit parce qu’elles n’entraient pas dans notre champ de compétences ou ne répondaient pas à l’intérêt général, précise encore la vice-présidente.  Nous veillerons à la traçabilité de toutes les propositions. Les habitants qui ont fait valoir leurs idées les retrouveront soit dans le cahier de vote, soit dans les tableaux d’analyse que nous tenons à leur disposition. Relever le grand défi de la transition écologique ne peut pas être l’affaire de quelques-uns. C’est ce que nous avons voulu montrer en élargissant cette consultation citoyenne à tout le territoire."

Toute l'info sur les Assises de la transition écologique

Des lots à gagner
Pour encourager chacun à faire valoir ses priorités et donner du sens à la transition écologique au quotidien, un jeu-concours est organisé et un tirage au sort sera effectué fin septembre parmi les cahiers de vote et formulaires complets et munis de coordonnées. En jeu, des lots comme un vélo-cargo, des vélos électriques, des abonnements annuels Irigo, des stages DIY, des paniers bio, des kits zéro déchets, des hôtels à insectes et des nichoirs à oiseaux.
Le règlement du jeu-concours est disponible en ligne

"Toutes les propositions désignées par les habitants seront réalisées"

Christophe Béchu, président d’Angers Loire Métropole et maire d’Angers

Comment jugez-vous la mobilisation des citoyens suscitée par les Assises de la transition écologique?
Il faut se rappeler du contexte. On a lancé les Assises fin octobre, quelques semaines après l’installation des conseils municipaux et juste avant le reconfinement. Il a fallu revoir les modes de participation que nous avions imaginés. Malgré cela, et pour notre grande satisfaction, nous avons reçu près de 1000 propositions. Il faut toutefois rester humble. Car si notre ambition est grande, le nombre de sujets à revisiter par le champ de la transition écologique est considérable.

Le nombre de propositions valide donc la démarche…
Associer tous les citoyens volontaires aux propositions et aux conclusions est sans équivalent en France. C’est le fruit de notre réflexion interne menée par notre vice-présidente en charge de la Transition écologique, Corinne Bouchoux, et par les vice-présidents d’Angers Loire Métropole et les adjoints de la Ville d’Angers, à laquelle les habitants ont répondu présent. Je suis convaincu de l’utilité de la démocratie participative, mais la légitimité vient du nombre.
Ce qui m’importe en tant qu’homme politique, c’est que tout le monde se mobilise. La culpabilisation, avec les gentils d’un côté et les méchants de l’autre, a des limites. Pour la première fois, c’est le collectif qui va décider de ce qui sera mis en place sur le territoire pour lutter contre le réchauffement climatique. Les communes et Angers Loire Métropole agiront sur délégation des citoyens. C’est assez exceptionnel. En votant, les habitants s’approprient leurs réponses mais aussi celles sur lesquelles ils ont hésité mais qui ont suscité un intérêt voire une prise de conscience.

Comment ont été retenues les propositions soumises au vote?
Bien entendu, il a fallu trier et amalgamer par thème l’ensemble des 1000 propositions, supprimer les doublons et écarter celles qui nécessitaient de changer la loi. Tout s’est fait sans filtre! Avec Corinne Bouchoux, nous avons absolument tout lu. Forcément, certaines idées sont étonnantes, d’autres très pointues, d’autres encore correspondent à des actions tout à fait nouvelles, qui n’existent pas encore sur le territoire. Une chose est sûre: tout a été exploité et toute cette matière fait l’objet d’une traçabilité irréprochable, de manière à ce que les participants puissent retrouver leurs propositions. 

Place au vote désormais…
À l’arrivée, les citoyens doivent retenir deux actions pour chaque orientation, toutes étant classées par thème. Ceci parmi les 135 propositions concrètes retenues. Tout le monde est invité à s’en emparer, à prendre le temps de réfléchir sachant que le vote sera clos le 31 août. Pour cela, j’ai voulu deux modalités: un cahier de vote papier diffusé en même temps que les magazines Métropole et Vivre à Angers, et un cahier de vote numérique accessible sur le site d’Angers Loire Métropole.
Tous les maires, et j’en fais partie, attendent beaucoup des choix qui seront exprimés. Les votes feront l’objet d’une analyse fine, quartier par quartier, commune par commune, et permettront, par exemple, de voir si les habitants de la partie la plus rurale de l’agglomération font les mêmes choix que ceux de la partie la plus urbaine ou si les attentes sont diamétralement différentes. Toutes ces données seront autant d’aides à la décision. Au-delà, elles pourront aussi servir à des chercheurs, à des étudiants qui travaillent sur ces questions. Nous annoncerons les résultats début octobre. C’est à ce moment-là que nous connaitrons la force des Assises de la transition écologique.

Les propositions qui recevront le plus de votes seront-elles mises en œuvre d’ici à 2026?
Toutes les propositions que les habitants auront désignées comme prioritaires seront réalisées. L’objectif est clair. Certaines seront simples et rapides à mettre en place, d’autres demanderont plus de temps, parfois plusieurs années. De la même manière, certaines actions ne seront pas coûteuses à réaliser quand d’autres nécessiteront des investissements beaucoup plus importants. En octobre, nous préparerons le budget de 2022. Le timing sera donc parfait pour chiffrer les investissements nécessaires.

Pourquoi avoir placé la transition écologique comme grande priorité du mandat?
Je n’ai aucun doute sur la responsabilité humaine dans le réchauffement climatique. Tout comme je reste persuadé que l’homme est capable du pire comme du meilleur en la matière, et que la somme des comportements individuels permet les petits et les grands changements. Ces assises servent aussi à cela. C’est-à-dire, à faire de nous tous des acteurs de ces changements. La transition écologique est déjà au cœur de nos décisions politiques. Je pense par exemple au plan "Nature en ville" que le conseil municipal d’Angers a voté fin juin, aux réseaux de chaleur déployés, au Plan alimentaire territorial qui permettra de manger mieux et local, au soutien aux conversions agricoles ou au futur plan sur la biodiversité, sujet qui mérite encore toute notre ambition.

6

En mois, la durée de la concertation qui a précédé l’analyse des propositions.

120

Le nombre d'ateliers organisés dans les communes et dans les quartiers d’Angers, la plupart en distanciel.

135

Le nombre des propositions soumises au vote des citoyens jusqu’au 31 août. Toutes répondent à ces questions: comment se nourrir, consommer, s’épanouir, se déplacer, vivre en bonne santé, se loger, produire et travailler?

1002

Le nombre de contributions déposées par les habitants du territoire. 125 ont été jugées non recevables car déjà mises en oeuvre ou n’entrant pas dans le champ de compétences d’Angers Loire Métropole ou des communes.