Découvrez le territoire avec

Publié le 22 décembre 2023

Transition écologique

La mise en service de la chaufferie biomasse de Monplaisir vient renforcer les réseaux de chaleur urbains largement déployés à Angers. Objectifs: alimenter en eau chaude et chauffage logements, équipements publics et entreprises avec une énergie écologique et économique.

Qu’ont en commun des milliers de logements sociaux, établissements scolaires et d’enseignement supérieur, bâtiments publics (relais-mairies, bibliothèques, maisons de quartier, crèches…), installations sportives ou entreprises? Une grande partie est alimentée par les chaufferies urbaines au bois (biomasse) déployées par Angers Loire Métropole. La dernière en date, dans le quartier de Monplaisir à Angers, vient d’entamer son premier hiver de chauffe, du côté de la Tournerie, au bord de l’autoroute A11. L’équipement fonctionne à 80% avec du bois. Quant aux 20% restants, ils sont pris en charge par deux petites chaudières au gaz naturel qui prennent le relais, en appoint, en cas de grand froid ou d’opération de maintenance des chaudières au bois. Au total, à Monplaisir, quartier en pleine opération de renouvellement urbain, 2440 logements, soit un petit peu plus de 5400 habitants, seront à terme raccordés au réseau de chaleur pour l’alimentation en eau chaude et chauffage, via 8 km de canalisations souterraines.

Une énergie écologique et économique

Pourquoi Angers Loire Métropole a choisi le bois? Parce que c’est une ressource locale, renouvelable et vertueuse qui permet de produire une énergie décarbonnée. Ce bois, utilisé sous forme de plaquettes, provient de résidus de l’entretien des forêts et des haies bocagères (écorces, branchages, racines) et est prélevé dans un rayon maximum de 100 km. Autre avantage: son coût. "Une chaufferie biomasse permet d’offrir un service urbain à un prix abordable grâce à la maîtrise des coûts de production et de gestion, explique le président d’Angers Loire Métropole et maire d’Angers Jean-Marc Verchère. Cette solution permet également de lutter contre la précarité énergétique grâce à la mise en place d’une TVA à taux réduit de 5,5% sur la facturation et la possibilité de payer par chèque énergie. Un prix de chaleur stable et maîtrisé dans le temps apporte plus de sérénité pour les habitants connectés."