Découvrez le territoire avec

Partagez sur

Publié le 15 février 2022

Territoire

Au sein de la ZAC des Capucins à Angers, le secteur des Bretonnières prévoit la création de 300 logements d’ici 2025, avec de nombreuses innovations pour réinventer le vivre ensemble en milieu urbain.

Le président et maire d’Angers Christophe Béchu avait prévenu son auditoire. "Vous allez voir, les Bretonnières, c’est un sujet passionnant où on parle de nouvel art de vivre en ville, de nouvelles formes d’habitat. J’aimerais que l’on vienne demain à Angers pour visiter ce nouveau quartier. Nous avions l’ambition de réaliser un écoquartier; finalement le quartier des Bretonnières sera un démonstrateur. Chacun des six îlots apportera en effet un éclairage particulier sur la manière de vivre ensemble et différemment en milieu urbain."

De quoi parle-t-on? D’ici à 2025, près de 300 logements –maisons individuels et logements collectifs– pour 600 à 900 habitants occuperont six hectares situés au sein de la ZAC des Capucins, dans le quartier nord des Hauts-de-Saint-Aubin à Angers.

Sa singularité s’expliquera par un certain nombre de propositions et aménagements innovants visant à maîtriser la consommation foncière, à partager des espaces et à privilégier le confort de vie. Contrairement à ce qui se fait habituellement, le stationnement des voitures y sera, par exemple, déporté pour une moitié vers un parking mutualisé, construit au cœur du quartier. Autre exemple avec le projet "La Passerelle" porté par l’équipe ETPO & Rousseau: ses 36 logements, dont 28 locatifs, seront conçus pour et autour du vélo.

Toutes ces idées innovantes ont fait l’objet d’une présentation par leurs équipes de promoteurs, urbanistes, architectes, paysagistes… ce 14 février, en prélude au conseil communautaire qui a permis de les adopter.

Appel à projets audacieux

Pour "habiter autrement" et espérer obtenir des propositions audacieuses, Angers Loire Métropole, propriétaire de la ZAC des Capucins, lançait au printemps 2021 un appel à projets qui plaçait la barre de la transition écologique assez haute. "Trente-neuf dossiers de grande qualité ont émergé de toute la France. Cela a donné lieu à dix-huit heures d’échanges et de jury pour les départager", atteste Roch Brancour, vice-président en charge de l’Urbanisme, de l’Aménagement du territoire et du Logement.

Entre autres sujets visant à répondre aux enjeux de l’habitat de demain, il leur était notamment demandé de "réinventer l’habitat individuel en ville", de diminuer l’impact écologique des constructions dans une démarche bas carbone, de garantir un coût maîtrisé sachant qu’un quart minimum des programmes sera destiné à l’accession à la propriété à des prix de vente abordables. Autre paramètre qui a pesé dans la balance: la capacité des promoteurs à offrir des produits où la qualité de vie prime, qui offrent des espaces de partage et où la place du vélo et des déplacements doux a été gérée et pensée. A la lecture des six projets, il semble que le message soit bien passé. Il faudra toutefois se montrer patient le temps que les permis de construire soient déposés et instruits. Les premières livraisons interviendront en 2025.

Habitat partagé, tiers-lieu, atelier vélo…

Le quartier des Bretonnières sera, à bien des égards, exemplaire en matière de transition écologique. Sur le volet de la cohésion sociale aussi, cela sera le cas. Chacun des six lots proposera en effet une spécificité relative au vivre ensemble et à la dynamique de voisinage. Ce que Johanne Guichard, "l’architecte en chef" de la ZAC des Capucins appelle "un habitat désirable". L’un de ces lots sera réservé à l’habitat participatif avec 19 logements (9 appartements et 10 maisons), un autre comprendra une "maison commune" avec kitchenette et petit salon. Autre innovation: la création d’un atelier vélo avec mise à disposition d’outils, casiers sécurisés, recharges de batterie… dans un autre îlot. Autre proposition: la création d’un tiers-lieu comme espace pédagogique où les habitants pourront découvrir l’économie circulaire.

Pour permettre à ces idées audacieuses de voir le jour, et à ces espaces partagés de trouver leurs usages et leur mode de gestion, l’appel à projets prévoyait aussi d’associer en amont des groupes de futurs habitants et des syndics de copropriété.

Toute l’info sur les Bretonnières