Découvrez le territoire avec

Partagez sur

Publié le 25 septembre 2019

Economie

Le Salon du végétal reviendra à Angers en septembre 2020. A l’unanimité, les membres du Bureau horticole régional ont voté pour le retour au bercail de cet événement dédié aux professionnels de la filière, créé voici près de trente-cinq ans.

Le dernière édition angevine du Salon du végétal a eu lieu en 2016, avant de partir à Nantes où il sera resté trois ans.
Le dernière édition angevine du Salon du végétal a eu lieu en 2016, avant de partir à Nantes où il sera resté trois ans. (Photo: Thierry Bonnet/archives Angers Loire Métropole)

La nouvelle est bonne. Pour la profession, mais aussi pour le territoire. En septembre 2020 (du 8 au 10), quatre ans après son départ vers Nantes, le Salon du végétal reviendra à Angers. "Cela sonne comme une évidence", estime le directeur du Bureau régional horticole, Thierry Browaeys. A ce point "évident" que les membres du conseil d’administration du BHR ont donné leur blanc-seing à ce retour au bercail, trente-cinq ans après sa création.

"Le Salon du végétal a bien évidemment toute sa place à Angers, où il est légitime. Il fait partie intégrante de l’ADN et de l’identité de notre ville et de notre territoire", s’est immédiatement félicité le maire d’Angers et président d’Angers Loire Métropole, Christophe Béchu. "Si les échanges entre le territoire et le Bureau horticole ont repris il y a quelques mois, tout ceci va se construire à partir de maintenant. Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que le Salon du végétal s'inscrit dans la stratégie beaucoup plus large de notre territoire au bénéfice de son rayonnement, et de celui de la filière végétale bien entendu."

Que ce soit sur la forme, le mode de gouvernance, les questions et les enjeux qui y seront déployés et abordés, tout sera éclairci dans les prochains mois. "Il s’agit d’un nouveau partenariat pour les trois prochaines éditions; le temps qu’il faudra peut-être pour redonner plus de visibilité à cet événement et voir repartir à la hausse le nombre d’exposants", précise Christophe Béchu. "C’est bien d’un nouveau départ dont nous parlons, avec la volonté d'y associer le public et les Angevins".