Découvrez le territoire avec

Partagez sur

Publié le 29 mai 2017

Territoire

Les étudiants de l’Istom feront leur première rentrée angevine en septembre 2018. La première pierre de la huitième école d’ingénieurs du territoire a été posée lundi 29 mai, sur le campus de Beille-Beille.

La pose de la première pierre par Christophe Béchu, président d'Angers Loire Métropole, Patrice Auguste et Eric Ducoudray, respectivement président du conseil d'administration et directeur de l'Istom, Paul Jeanneteau, vice-président du conseil régional. (Photo: Thierry Bonnet/Angers Loire Métropole)

500 étudiants, futurs ingénieurs en agro-développement international, une quarantaine de salariés et une centaine d’intervenants extérieurs composeront les effectifs de l’Istom, dans un peu plus d’un an. L’établissement supérieur, actuellement basé en région parisienne, a en effet choisi Angers et le campus de Belle-Beille pour son futur développement.

Un choix de cœur, tant le territoire, la région et la qualité de vie associée ont séduit les membres du conseil d’administration de l’école. Un choix de raison aussi, rappelé par Patrice Auguste, président du conseil d’administration: "A Angers nous allons pouvoir développer des projets de recherche avec les nombreux acteurs du végétal, nous appuyer sur un riche tissu d’entreprises, mener des partenariats solides avec l’Université et les établissements d’enseignement supérieur. D’une manière générale, partager l’intelligence collective de ce territoire et des valeurs communes."

Plus de 39 000 étudiants

Soutenue par la région des Pays de la Loire, Angers Loire Métropole et la Ville d’Angers, l’implantation de l’Istom s’inscrit en outre dans le cadre de l’opération de renouvellement urbain (ORU) de Belle-Beille. Un cadre pris en compte à l’heure d’imaginer le futur bâtiment de l’établissement, conçu avec le cabinet d’architecture GO-A, et en lien avec les urbanistes qui travaillent à la transformation du quartier.

"Nous avons deux défis à relever, estime Eric Ducoudray, directeur. Devenir un acteur du territoire dans une communauté éducative et scientifique dynamique. Et faire de l’Istom une école citoyenne de sa ville et de son quartier. Nous serons particulièrement attentifs à nous inscrire dans la vie locale en générale et celle de Belle-Beille en particulier."

Avec l’arrivée de l’Istom, le territoire passera la barre des 39000 étudiants dès la rentrée 2018. "Et probablement l’étape symbolique des 40000 peu de temps après, compte tenu des nombreux projets en cours", estime Christophe Béchu, président d’Angers Loire Métropole et maire d’Angers. Un cap qui témoigne de l’attraction du territoire dans le domaine de l’enseignement supérieur.