Découvrez le territoire avec

Partagez sur
Photo de la chaufferie centrale biomasse des Hauts-de-Saint-Aubin, à Angers.
La chaufferie centrale biomasse des Hauts-de-Saint-Aubin, à Angers.

L’aménagement urbain durable, l’enjeu des villes de demain

L’aménagement urbain doit intégrer les aspects environnementaux, économiques et sociaux dans les projets de développement des quartiers et des villes. Il s’agit notamment de répondre à l’augmentation des besoins en énergie, qui amène à consommer de manière excessive les ressources naturelles et à produire en retour des déchets et des rejets massifs de gaz à effet de serre.

L’apport des réseaux de chaleur

Un bouquet d’énergies diversifié, s’appuyant sur des énergies locales moins carbonées, plus compétitives et sur la complémentarité des sources et ressources d’énergies liée à la diversité des besoins, apparaît comme une solution durable pour conduire la transition énergétique des villes.

Le fonctionnement d’un réseau de chaleur

Un réseau de chaleur urbain fonctionne comme un grand chauffage central à l’échelle d’une agglomération ou d’un quartier. La chaleur, produite localement à partir de plusieurs sources d’énergies et notamment des énergies renouvelables et de récupération, est transportée vers les usagers sous forme d’eau chaude ou de vapeur grâce à des canalisations souterraines interconnectées.

Sur la communauté urbaine d’Angers, quatre réseaux de chaleur publics

Le réseau de chaleur historique d’Angers est celui de la Roseraie. Jusqu’en 2011, ce réseau était principalement alimenté par l’usine d’incinération des ordures ménagères et la chaufferie au fuel lourd de la Roseraie. Il est désormais alimenté par la centrale biomasse Biowatts, qui produit de la chaleur et de l’électricité. La chaufferie fuel lourd de la Roseraie a été modernisée en 2011 pour fonctionner au gaz naturel. Ce réseau alimente en chaleur plus de 6000 logements et équipements divers, dont la caserne Eblé, le lycée Chevrollier ou encore le théâtre Chanzy. 

Le réseau de chaleur de la Commune d’Ecouflant a été construit en 2007 et 2008. Il alimente les bâtiments communaux, mais également des logements sociaux. Il est équipé d’une chaudière bois et d’une chaudière gaz.

Le réseau de chaleur des Hauts-de-Saint-Aubin a été construit en 2008 et 2009, et a connu depuis plusieurs extensions depuis le Plateau de la Mayenne vers le Plateau des Capucins et le quartier Verneau. La chaufferie centrale est équipée de deux chaudières bois et de deux chaudières gaz. Ce réseau alimente de nombreuses résidences, mais également Terra Botanica, La caserne Verneau et le centre aqualudique Aquavita.

Le réseau de chaleur Belle-Beille a été construit en 2017 et mis en service début janvier 2018. Il est équipé de deux chaudières bois et de deux chaudières gaz. Il alimente de nombreux établissements d’enseignement de de recherche, mais également des logements.

Rapports d'activité du réseau de chaleur de Belle-Beille