Découvrez le territoire avec

Partagez sur

Publié le 11 février 2020

Institution

Lundi 10 février, les élus communautaires ont voté le dernier budget du mandat. Lequel prévoit 218 millions d’euros d'investissement en 2020.

Photo du conseil communautaire d'Angers Loire Métropole.
Le budget 2020 s'équilibre à 446 millions d'euros, sans changement des taux d'imposition. (Photo: Angers Loire Métropole)

Le conseil communautaire d’Angers Loire Métropole s'est réuni lundi 10 février pour la dernière séance du mandat. Comme l’y oblige la loi et le contexte du renouvellement municipal, les élus ont adopté le budget primitif 2020, qui regroupe le budget principal et les budgets annexes relatifs à la gestion des déchets, de l’eau, de l’assainissement, des réseaux de chaleur, des transports et de l’aéroport d'Angers Marcé. Soit un ensemble qui s’équilibre à 446 millions d’euros, dont 218 millions d’euros d’investissement. Un niveau élevé, qui s’explique par la nature des "grands travaux" engagés par la communauté urbaine. Il s’agit en effet de la poursuite des travaux des nouvelles lignes de tramway, qui mobilise à elle seule 100 millions d’euros, mais aussi de la rénovation urbaine des quartiers Belle-Beille et Monplaisir à Angers, de la mise en oeuvre du territoire intelligent ou encore de la poursuite des travaux engagés sur le renouvellement des réseaux d'eau potable et d'assainissement.

A l’issue de la séance, les quatre orientations présentées ont obtenu un vote favorable des conseillers: le maintien des taux d’imposition (sans augmentation), la maîtrise des dépenses de fonctionnement et de l’évolution de la dette (au même niveau qu’en 2014), ou encore la poursuite du développement économique dans le territoire pour lequel près de 16 millions d’euros seront injectés.

A noter que ces budgets pourront, comme chaque année, faire l’objet de modifications à l’occasion du vote du budget complémentaire, en juin. Lequel sera le fait de la nouvelle assemblée d’Angers Loire Métropole, qui devrait être installée mi-avril une fois que chaque commune aura élu son maire.