Foire aux questions

Angers Loire Métropole

Jardins d'expression

Menu principal

Passer le Menu principal

Retour au menu principal

Contenu principal

Passer le contenu principal

Foire aux questions

Foire aux questions : prévention des déchets

1. Quelle différence entre le tri et la prévention des déchets ?

Beaucoup de personnes font l'amalgame entre tri et prévention des déchets.
Attention, ce n'est pas la même chose !
La prévention des déchets est en amont. Elle représente toutes les actions qui vont permettre :

  • d'éviter ou de réduire la production de déchets (aussi bien lors de la conception, de l'achat, de la consommation du produit,…)
  • de limiter l'utilisation de produits toxiques.

Quant au tri des emballages, il se situe après. Le déchet existe, il faut le valoriser.

2. Qu'est-ce que la prévention des déchets ?

La prévention des déchets correspond à l'ensemble des actions qui permettent de réduire la production de déchets (conception, production, distribution, consommation, fin de vie). A votre niveau, vous pouvez diminuer vos déchets ménagers en :

  • agissant sur la quantité : évitez de produire un déchet et réfléchissez avant de le jeter,
  • agissant sur la qualité : limitez la consommation de produits toxiques.

3. Quelles sont les actions concrètes que je peux faire à mon niveau ?

A la maison, au bureau, en faisant les courses et même à l'école des gestes simples peuvent être réalisés :

A la maison

  • boire l'eau du robinet
  • utiliser le verso des feuilles en brouillon pour les messages téléphoniques, la liste des courses
  • pratiquer le compostage individuel si vous avez un jardin
  • louer des appareils dont vous vous servez ponctuellement
  • donner aux associations les objets dont vous souhaitez vous séparer et qui peuvent être réutilisés

Au bureau

  • limiter les impressions
  • imprimer et photocopier en recto-verso
  • utiliser le verso des feuilles en brouillon
  • utiliser la messagerie électronique pour envoyer tout document (convocation, lettre, compte-rendu…)
  • récupérer ou recharger les cartouches d'imprimantes et de photocopieurs
  • utiliser de la vraie vaisselle pour l'eau, le café, le repas,…
  • utiliser des fournitures et matériel de bureau éco-labellisés

En faisant les courses

  • utiliser un sac réutilisable, un panier, des cartons ou cagettes au lieu des sacs plastiques jetables
  • éviter les produits suremballés
  • préférer les produits réutilisables aux produits à usage unique
  • préférer les produits en vrac
  • acheter les produits à la coupe
  • choisir des produits en grand conditionnement notamment pour les denrées non périssables
  • choisir des produits éco-labellisés
  • préférer les éco-recharges et les produits concentrés (en respectant bien les doses)
  • acheter des piles rechargeables

A l'école

  • utiliser une boite à goûters et une gourde au lieu des portions individuelles
  • utiliser le verso des feuilles pour les dessins
  • louer, échanger, emprunter des livres scolaires
  • utiliser des fournitures scolaires labellisées (NF environnement par exemple)

4. Faut-il préférer les produits jetables (vaisselle jetable, serviettes en papier, essuie-tout, lingettes, couches…) aux produits réutilisables (vraie vaisselle, serviettes en tissus, chiffons, couches lavables…) qui consomment de l'eau pour le lavage ?

Il est préférable d'utiliser des produits réutilisables : ils évitent de remplir les poubelles de déchets, qui en plus ne sont pas recyclables.
De plus, ils ne consomment pas plus d'eau que les produits jetables, même avec le lavage. En fait, il faut penser aux consommations de matières et d'énergies depuis le processus de fabrication jusqu'à l'élimination du produit. Si on réalise le bilan environnemental global, utiliser de la vraie vaisselle ou tout autre produit durable consomme moins d'énergies, moins de matières premières et moins d'eau que fabriquer puis éliminer de la vaisselle jetable ou autre produit jetable.

Faites un geste pour l'environnement et utilisez des produits durables !

5. Pourquoi boire l'eau du robinet plutôt que l'eau en bouteille ?

L'eau distribuée par Angers Loire Métropole est une eau de très bonne qualité. Des analyses sont réalisées régulièrement et les résultats sont tout à fait conformes aux normes relatives à la potabilité de l'eau de consommation.
La composition de l'eau vous est communiquée au moins une fois par an par le service d'alimentation en eau potable.

De plus consommer l'eau du robinet évite d'acheter des bouteilles au supermarché qui coûtent 100 fois plus chères, évite d'utiliser des matières premières pour fabriquer l'emballage, évite de produire des déchets d'emballage,…

Un conseil, si le petit goût de chlore vous gêne, mettez l'eau dans une carafe au réfrigérateur. L'odeur de chlore s'évaporera !

6. Les goûters et boissons en portions individuelles sont pratiques pour les enfants mais produisent des déchets, quelles sont les alternatives ?

Les goûters et les boissons peuvent être achetés en grand conditionnement. Pour partir à l'école, vous pouvez mettre les goûters de vos enfants dans une boîte à goûters et la boisson dans une gourde.
Cela évite d'avoir de nombreux déchets d'emballages et permet des économies. Les grands conditionnements sont en général moins chers que les produits en portions individuelles et suremballés.

7. L'emballage a-t-il des conséquences sur le prix du produit ?

Oui. Prenons l'exemple de 2 chariots de course :

  • l'un, appelé chariot idéal, avec des produits peu emballés, en grand conditionnement, réutilisables
  • l'autre, appelé chariot classique, avec des produits suremballés, en portions individuelles, jetables

Le contenu est le même dans les 2 caddies, seul le conditionnement diffère.
En arrivant à la caisse, le chariot classique vous coûte 2 fois plus cher et produit 60% de déchets en plus que le chariot idéal !
Conclusion : Vous achetez aussi des déchets !

8. Pourquoi jeter ce qui peut servir à nouveau ?

Le réemploi permet une deuxième vie aux objets qui ne vous sont plus utiles : appareils ménagers, vêtements, meubles, jouets,… Remis en état par des associations ou des entreprises d'insertion, ces produits peuvent être donnés ou vendus à faible prix.
Pensez-y avant d'aller à la déchèterie !

9. Acheter, louer, emprunter, quelle est la meilleure solution ?

Avant d'acheter un appareil, pensez tout d'abord à l'utilisation que vous allez en faire. Allez-vous l'utiliser régulièrement ? de temps en temps ? rarement ?

Si vous l'utilisez ponctuellement, mieux vaut le louer ou l'emprunter à une connaissance si c'est possible.

Si vous l'utilisez de temps en temps, peut-être pouvez-vous l'acheter en commun avec des voisins, des amis ou la famille qui en ont le même besoin que vous.

Si vous l'utilisez régulièrement, alors il est sans doute nécessaire de l'acheter. Avant l'achat, réfléchissez bien à l'appareil que vous allez choisir (durabilité, consommation énergétique, impact sur l'environnement, éco-label, …). Pensez aux éco-produits !

10. Qu'est-ce qu'un éco-produit ?

Un éco-produit est un produit qui entraîne moins d'impacts sur l'environnement, tout au long de son cycle de vie et qui conserve ses performances lors de son utilisation. Ces produits sont reconnaissables par les logos suivants :

  • les logos des éco-labels officiels :
NF Environnement
Eco-label européen
Eco-label allemand (Ange bleu)
Eco-label nordique (Cygne blanc)
  • le logo Energy Star (particulièrement présent sur les photocopieurs, ordinateurs, imprimantes,…)
  • le logo TCO (présent sur les écrans d'ordinateurs, ordinateurs portables, téléphones mobiles,…)
  • le logo FSC (présent sur le bois et les produits à base de bois respectant des critères de gestion durable des forêts et la traçabilité des produits)
  • le logo PEFC (présent sur le bois et les produits à base de bois respectant des critères de gestion durable des forêts et la traçabilité des produits)

11. Les éco-produits sont-ils plus chers que les produits classiques ?

Les éco-produits ne sont pas forcément plus chers. Si c'est le cas, cela peut être justifié par :

  • le fait que le produit est de meilleure qualité et dure plus longtemps à l'usage
  • le fait que le produit est plus économique dans le temps (exemple des ampoules fluocompactes ou des appareils électroménagers de classe A)

La rentabilité à moyen et long terme compense le prix d'achat plus élevé.
Exemple : Une ampoule fluocompacte de 20w coûte 12€ mais éclaire pendant 8 ans.

12. Qu'est-ce que l'éco-consommation ?

L'éco-consommation correspond à un comportement d'achat et d'utilisation qui vise à réduire les impacts environnementaux de nos modes de consommation, en choisissant des produits plus respectueux de l'environnement et moins générateurs de déchets (produits qui durent longtemps, produits éco-labellisés, éco-recharges…) et en les utilisant au mieux (entretien et réparation, utilisation de la juste dose…).

13. Les couches lavables sont-elles aussi efficaces que des couches classiques jetables ?

Les couches lavables sont revêtues d'une culotte de protection. Selon les modèles, soit la culotte de protection est assemblée avec la couche (système tout-en-un), soit elle est séparée et mise par-dessus (système couche + culotte). Il n'y a pas plus de fuites avec une couche lavable qu'une jetable.
La couche lavable en coton est plus absorbante après les premiers lavages.

Les couches lavables permettent en plus d'éviter une production importante de déchets. En 3 ans, un bébé va utiliser environ 6 750 couches, soit 10 m3 de déchets !
De plus, les couches lavables utilisent 4 fois moins de matières premières, 1,5 fois moins d'énergie et d'eau lors de la fabrication que des couches classiques jetables !
Si on réalise un bilan environnemental global, les couches lavables utilisent moins d'eau que les couches jetables même avec le lavage.
Les couches lavables vous permettent de réaliser une économie de 800 euros environ (achat et lavage).

Vous pouvez acheter les couches lavables par correspondance sur Internet ou bien dans quelques magasins spécialisés si vous avez la chance d'habiter à proximité.

14. A quoi sert le compostage individuel ?

Le compostage individuel permet de :

  • valoriser chez soi les déchets organiques de la cuisine et du jardin,
  • de diminuer la quantité d'ordures ménagères résiduelles traitées.

Mis en tas ou dans un composteur, les déchets fermentescibles sont décomposés par la micro-faune (bactéries, champignons, vers de terre, cloportes,…) et transformés en un produit comparable à de l'humus, c'est ce que l'on appelle le compost.

Ainsi, le compostage individuel permet aussi de répondre à vos propres besoins de jardinage !

15. Quels déchets peut-on mettre dans un composteur ?

  • les déchets de cuisine : épluchures de fruits et légumes, restes de repas, pain dur, croûtes de fromage, coquilles d'œufs, restes de viande et de poisson en petite quantité, arêtes et petits os, fruits et légumes abîmés, marc de café avec son filtre, sachets de thé et de tisane,…
  • les déchets de jardin : feuilles, tontes, petites tailles, fanes de légumes, fleurs fanées, mauvaises herbes non montées en graine,…
  • les déchets de maison : papier journal, essuie-tout, serviettes en papier, sciures de bois non traitées,…

Ne pas mettre : cendres, plantes malades, tailles de résineux et de lauriers, mauvaises herbes montées en graine, journaux imprimés en couleurs (sauf ceux qui contiennent des encres de couleur végétales comme nos quotidiens régionaux), excréments, litières de chat, déchets médicaux, couches-culottes, plastiques, métaux, verre.

16. Peut-on mettre les cendres dans le composteur ?

Non. Les cendres peuvent être épandues sur le potager, elles apportent de la potasse naturellement. Par contre, dans le composteur, les cendres s'amalgament et forment une boule froide qui va diminuer la température ambiante à l'intérieur du composteur et ralentir l'activité de la faune qui décompose les déchets organiques.
De plus, si les cendres sont mal éteintes, le composteur risque de brûler !

17. Après combien de temps obtient-on du compost ?

Après 3 - 4 mois, on obtient un compost jeune, grossier, appelé le paillis. Il s'utilise au pied des arbres et sous les haies. Cela permet d'éviter la pousse de mauvaises herbes et limite l'évaporation.

Après 6 - 7 mois, on obtient un compost de structure moyenne, riche en oligo-éléments. Il peut être épandu à même le sol et enfoui une fois décomposé.

Après 8 - 9 mois, de structure fine et de couleur noire, le compost arrive à maturité. Il peut être utilisé pour le rempotage (50% terre - 50 % compost) et pour améliorer la qualité de la terre du jardin.

18. Y a-t-il des mauvaises odeurs lorsque l'on pratique le compostage individuel ?

Non, à partir du moment où vous respectez l'équilibre carbone-azote, il n'y a pas d'odeurs. On trouve le carbone dans les déchets secs et l'azote dans les déchets humides. Si vous avez un dégagement de mauvaises odeurs, il y a sans doute trop de déchets humides tels que la tonte de pelouse dans votre composteur.

19. Y a-t-il des problèmes de nuisibles lors du compostage individuel ?

Non. Si des rongeurs apparaissent, c'est que vous avez sans doute mis une trop grande quantité de déchets de viande ou de poisson.

Si vous avez des moucherons, cela est tout à fait normal et signe d'une bonne activité biologique. Vous pouvez limiter ce phénomène en recouvrant les apports par du papier journal ou bien en les enfouissant dans le tas de compost.

Posez votre question

Afin d'enrichir cette foire aux questions sur le thème de la prévention des déchets, vous pouvez nous transmettre vos interrogations. Les réponses bénéficieront alors à tout le monde.

* Champs obligatoires

Retour au contenu principal

7015