Détail

Angers Loire Métropole

Le verre est recyclable

Menu principal

Passer le Menu principal

Retour au menu principal

Contenu principal

Passer le contenu principal

En ce moment sur le territoire

Partage Viadeo

Monplaisir aura sa chaufferie urbaine dès 2021

Publié le 17 septembre 2018
Le président d’Angers Loire Métropole Christophe Béchu posait lundi 17 septembre le premier acte de la rénovation urbaine du quartier de Monplaisir, à Angers. Ceci une semaine jour pour jour après que le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, y soit venu pour officialiser la subvention de l’Etat de 100 millions d’euros.

La société des énergies renouvelables de Monplaisir est née en préalable à la construction d’une chaufferie bois, qui permettra à partir d’octobre 2021 de chauffer et alimenter en eau chaude 2800 logements du quartier et l’ensemble des équipements.

Le président d’Angers Loire Métropole Christophe Béchu posait lundi 17 septembre le premier acte de la rénovation urbaine du quartier de Monplaisir, à Angers. Ceci une semaine jour pour jour après que le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, y soit venu pour officialiser la subvention de l’Etat de 100 millions d’euros.

Il s’agissait, pour Angers Loire Métropole, Engie Réseaux et la Banque des territoires, de signer les statuts préalables à la création de la société qui aura la responsabilité, dans un premier temps, de construire la future chaufferie bois du quartier: la Société des énergies renouvelables de Monplaisir (Serem). 

Cet équipement alimentera en chauffage et en eau chaude sanitaire 2800 logements du quartier ainsi que l’ensemble des équipements (écoles, piscine, gymnase...) et l’entreprise Scania. C’est d’ailleurs sur l’une de ses parcelles, située à l’angle des boulevards de l’Industrie et de Monplaisir, que la chauffera entrera en fonction en octobre 2021.  

Au-delà de ses performances environnementales, cette installation favorisera les circuits courts d’approvisionnement en bois (près de 9000 tonnes par an). Un "plus" aussi pour l’emploi de la filière sylvicole.

Le début de la construction, annoncé dans le courant de l’année 2020, le temps d’intervenir sur les voiries en sous-sol dans le cadre du chantier de tramway, débouchera sur la création d’un réseau de chaleur de 7 km. Au même titre que la chaufferie bois mise en service à Belle-Beille au début de l’année, ce projet s’inscrit dans le programme de renouvellement urbain et, au-delà des évidentes avancées environnementales, permettra de maîtriser les coûts énergétiques des usagers.

Retour au contenu principal

Contenu secondaire

Passer le contenu secondaire

À ne pas manquer

En ce moment sur le territoire

Retour au contenu secondaire

6288