Détail

Angers Loire Métropole

Jardins d'expression

Menu principal

Passer le Menu principal

Retour au menu principal

Contenu principal

Passer le contenu principal

Ça s'est passé sur le territoire

Partage Viadeo

Le biométhane de la Baumette désormais injecté dans le réseau de gaz de ville

Publié le 10 avril 2018
Une unité a été construite sur le site pour épurer le biogaz afin d'enrichir sa teneur en méthane. (Photo: Thierry Bonnet/Angers Loire Métropole)

Le méthane produit à la Baumette par le traitement des eaux usées alimente désormais le réseau GRDF. La production, estimée à 1,5 millions de mètres cubes par an, représente la consommation moyenne de 1800 foyers.

Le biométhane issu du traitement des boues d'épuration, à la station d'assainissement de la Baumette, rejoint désormais le réseau de distribution de gaz géré par GRDF. "La Baumette est la première station d'épuration du Grand Ouest à valoriser cette énergie renouvelable", indique Christophe Béchu, président d'Angers Loire Métropole.

Auparavant, ce gaz était utilisé par les chaudières du site mais l'excédent, soit la plus grosse partie, était brûlé. C'est en 2014 que la réglementation ouvre la voie à sa valorisation, en autorisant l'utilisation du biogaz des stations d'épuration sur le réseau de gaz de ville.

Pour cela une unité doit être construite sur place pour épurer le gaz, afin qu'il atteigne la teneur en méthane requise par le réseau. D'un coût de 1,5 millions d'euros, cette unité à été entièrement financée par Angers Loire Métropole. A partir d'un volume global de 2,3 millions de m3 de biogaz brut, elle permet en sortie de livrer 1,5 millions de m3 de biométhane. "Cela correspond à la consommation annuelle de 1800 foyers", indique Christophe Béchu.

Développer les énergies vertes

Pour la collectivité, la vente du biogaz, garantie pour quinze ans grâce à un contrat avec l'opérateur Engie, représentera une recette de 1,5 millions d'euros par an. "Cette recette sera intégralement affectée à des projets de développement des énergies renouvelables", poursuit le président. Parmi les projets en question: le développement de la méthanisation agricole, l'extension du réseau de chaleur de La Roseraie ou encore la reconversion de Biopole pour en faire un pôle d'excellence en matière d'énergie verte. Notamment, une station de GNV (gaz naturel véhicule) pourrait y être installée. Elle accompagnerait un changement de motorisation des véhicules de collecte des déchets, pour que ceux-ci roulent à l'avenir au gaz.

Idem du côté des bus du réseau de transports en commun: Christophe Béchu a annoncé "qu'à partir de 2020, il n'y aura plus d'achat de bus diesel. Les véhicules achetés dans le cadre du renouvellement de la flotte rouleront au GNV".

Ainsi Angers Loire Métropole se positionne en première ligne d'une tendance de fond: les professionnels du secteur comme GRDF et Engie estiment qu'à l'horizon 2030, environ 30% du gaz consommé en France sera d'origine renouvelable.

Retour au contenu principal

Contenu secondaire

Passer le contenu secondaire

À ne pas manquer

En ce moment sur le territoire

Retour au contenu secondaire

6288