Détail

Angers Loire Métropole

Jardins d'expression

Menu principal

Passer le Menu principal

Retour au menu principal

Contenu principal

Passer le contenu principal

Partage Viadeo

A l'Istom, le chantier avance à grands pas

Publié le 13 février 2018

Achevé aux deux tiers, le bâtiment qui accueillera l’école d’ingénieurs Istom, sur le campus de Belle-Beille, a déjà fière allure. En attendant la rentrée universitaire et l’arrivée de ses 550 étudiants, des portes ouvertes sont proposées le 14 février.

Le 1er octobre prochain, les élèves ingénieurs de l’Istom découvriront leur nouvel écrin angevin. En effet, l’école supérieure d’agro-développement international s’apprête à quitter ses locaux de Cergy-Pontoise en banlieue parisienne pour rejoindre le campus universitaire de Belle-Belle. En attendant, c’est le temps des travaux menés tambour battant depuis le mois de mai. Il faut dire que l’ouvrage en impose: 125m de long, 12m de haut, 20m de large, 4500m² de surface au sol sur 3 niveaux. Situé à l’angle du boulevard Victor-Beaussier et de la rue Joseph-Lakanal, le bâtiment imaginé par l’agence d’architectes angevine Go-A présente d’ores et déjà ses courbes contemporaines. "Nous avons opté pour un design emblématique de proue, explique Johanne Guichard, architecte. L’enjeu était aussi d’intégrer la construction dans son environnement, qu’elle fasse le lien entre le quartier et le végétal, entre la rue et le parc boisé."

Ecole citoyenne
L’arrivée de l’Istom à Angers, ce sont bientôt 550 nouveaux étudiants sur le campus mais également 32 salariés permanents (enseignants, chercheurs et personnels administratifs). 40 d’ici deux ans, recrutés en local. "Une très bonne nouvelle pour le territoire que nous ne regrettons pas d’avoir portée*, se réjouit Jean-Pierre Bernheim, vice-président d’Angers Loire Métropole (ALM) chargé du Développement économique et président de l’agence de développement économique (Aldev), qui accompagne l’arrivée des collaborateurs de l’école et leur famille à Angers. C’est une grande école d’ingénieurs qui s’implante, mais c’est aussi une grande école citoyenne qui compte participer à la vie angevine et à la vie du quartier en passe de connaître une importante opération de rénovation urbaine. L’Istom sera au carrefour du Belle-Beille où l’on vit et du Belle-Beille où l’on étudie."

L’excellence végétale angevine
"Avec Agro-Campus, le groupe ESA, l’Inra, Végépolys ou encore Plante et Cité, l’implantation de l’Istom va aussi permettre de conforter la place centrale qu’occupe le territoire en matière de végétal", embraye Miche Baslé, en charge de l’Enseignement supérieur à ALM. Un argument qui a su convaincre le directeur de l’Istom, Eric Ducoudray, au moment de choisir Angers comme terre d’accueil. "Angers est rapidement devenue une évidence, explique-t-il. Nous souhaitons nous intégrer dans le tissu existant et profiter de son vivier de compétences exceptionnel. Tout en apportant nos réseaux, notamment dans les pays tropicaux souvent méconnus des acteurs économiques, qui pourront bénéficier aux entreprises et aux autres établissements d’enseignement supérieurs locaux."

Afin de découvrir cette nouvelle école d’ingénieurs, des portes ouvertes sont organisées les 14 février et 17 mars. "La première est à destination du grand public: étudiants, familles, habitants du quartier, associations ou simples curieux, rappelle le directeur. La seconde davantage réservée à nos futurs étudiants."

Portes ouvertes à partir de 13h dans les locaux de Végépolys, Maison du végétal, 26, rue Jean-Dixmeras.
www.istom.fr

*Coût global du chantier: 10,2 millions d’euros, dont 3,4 millions apportés par Angers Loire Métropole, 2,5 millions d’euros par la région Pays de la Loire, et 4,3 millions d'euros sur les fonds propres de l’Istom.

Retour au contenu principal

Contenu secondaire

Passer le contenu secondaire

À ne pas manquer

En ce moment sur le territoire

Retour au contenu secondaire

6288