Détail

Angers Loire Métropole

Le verre est recyclable

Menu principal

Passer le Menu principal

Retour au menu principal

Contenu principal

Passer le contenu principal

Ça s'est passé sur le territoire

Partage Viadeo

L'agglomération angevine, c'est aussi un territoire agricole

Publié le 10 juillet 2015
L'agglomération angevine compte de nombreux espaces agricoles et dédiés au pâturage, comme ici l'île Saint-Aubin. (Photo: Thierry Bonnet/Angers Loire Métropole)

Les 9 et 10 juillet, Angers accueillait les journées nationales du réseau Terres en villes. L'occasion de rappeler l'importance de l'activité agricole sur le territoire d'Angers Loire Métropole.

Avec 60% de sa surface dédiés à l'agriculture et 314 exploitations présentes, Angers Loire Métropole reste un territoire à forte dimension agricole. C'est pourquoi l'agglomération est membre depuis neuf ans du réseau Terres en villes, dont les journées nationales se sont tenues à Angers les 9 et 10 juillet.

"Le réseau Terres en villes agit pour que les espaces agricoles en milieu urbain et péri-urbain soient mieux pris en compte, notamment dans les politiques publiques d'aménagement, explique Bernard Delaby, co-président du réseau et vice-président de la Métropole lilloise. C'est un enjeu majeur pour l'économie agricole mais aussi en termes de gouvernance alimentaire: en France, l'urbanisation consomme tous les sept ans l'équivalent d'un département de terres agricoles."

Une consommation foncière de 95 à 65 hectares par an

Du côté d'Angers Loire Métropole, cette dimension est prise en compte dans l'élaboration des grands documents comme le plan local d'urbanisme intercommunal (PLUI), en cours d'élaboration: "Avec le nouveau PLUI, la consommation foncière de terres agricoles va passer de 95 à 65 hectares par an", détaille Jean-Louis Demois, vice-président d'Angers Loire Métropole chargé du développement des territoires ruraux.

Représentant de la chambre d'agriculture de Maine-et-Loire au sein de Terres en villes, Paul-Bernard Robin évoque lui les nombreuses actions menées avec Angers Loire Métropole pour faire connaître le monde agricole et valoriser ses professionnels: "Il y a par exemple la valorisation de la marque 'Le boeuf des basses vallées', qui met en avant la production bovine locale; la promotion des filières courtes avec l'édition du guide 'Le bonheur est dans le panier'; ou encore la création du marché des producteurs locaux square Chevillard à Angers."

Au niveau national, Bernard Delaby note une prise de conscience de l'importance qu'il y a à préserver l'activité agricole au porte des villes. "C'est à la fois un enjeu économique et un élément de la qualité du cadre de vie, relève le co-président. Et bien sûr, parler de l'agriculture c'est aussi parler de l'alimentation. C'est évidemment une question qu'on ne peut ignorer et qui correspond à un besoin vital."

Retour au contenu principal

Contenu secondaire

Passer le contenu secondaire

À ne pas manquer

En ce moment sur le territoire

Retour au contenu secondaire

6288