Détail

Angers Loire Métropole

Jardins d'expression

Menu principal

Passer le Menu principal

Retour au menu principal

Contenu principal

Passer le contenu principal

Ça s'est passé sur le territoire

Partage Viadeo

Le Green code lab challenge monte en puissance

Publié le 27 novembre 2014
Pour toute la durée du challenge, l'Esaip de Saint-Barthélemy accueille treize équipes issues des écoles d'ingénieurs angevines. (Photo: Angers Loire Métropole)

Destiné à promouvoir l'informatique durable chez les étudiants, le Green code lab challenge a lieu du 26 au 28 novembre pour sa deuxième édition. Par équipe, 340 participants ont 48 heures pour concevoir un code informatique économe en énergie.

340 participants d'une vingtaine d'écoles réparties dans sept pays européens: pour sa deuxième édition, le Green code lab challenge a pris de l'ampleur. Les écoles d'ingénieurs angevines sont particulièrement bien représentées. L'Istia et l'Eseo alignent des équipes, ainsi que l'Esaip de Saint-Barthélemy, organisatrice de l'événement, qui accueille les équipes angevines pendant les 48 heures du challenge. Mission des participants: écrire un code informatique le plus économe possible en énergie.

"Le thème, que nous avons découvert à l'ouverture du challenge, c'est de créer un programme de galerie photos pour le web en respectant des spécificités précises, détaille Jean, membre d'une des sept équipes engagées par l'Esaip. Dans le même temps, nous devons aussi optimiser le site qui hébergera cette galerie, là aussi dans un but d'économie d'énergie." Car un site performant, rapide à charger, génère moins de dépense d'énergie qu'un site lourd, mal codé, où l'affichage des pages demande plusieurs secondes d'attente. "Côté utilisateur, pendant ce temps d'attente l'ordinateur consomme de l'électricité inutilement, et c'est la même chose côté serveur", complète Florian, de la même équipe.

Cet exemple n'est qu'une illustration des énormes gains d'énergie que peut permettre l'informatique durable, ou "green IT". "Si on pense aux téléphones portables, beaucoup restent allumés avec énormément d'applications ouvertes en permanence inutilement, évoque Axelle Poujade de l'Esaip. La conséquence, c'est que les téléphones se déchargent alors très vite. Or de nombreux outils permettent de gérer les applications dans le sens d'une plus grande autonomie de la batterie, avec donc des recharges moins fréquentes." Multipliée par le nombre d'utilisateurs de portables à travers le monde, l'économie réalisée devient considérable.

Gisement d'activité

"C'est un champ avec d'énormes perspectives, confirme Samuel Tiercelin de l'association Open Odyssey, partenaire du Green code lab challenge. Les entreprises s'intéressent encore assez peu à l'informatique durable. Mais cela va changer car les enjeux sont tels que cette approche va devenir incontournable. Pour les étudiants d'aujourd'hui, être sensibilisés à ces questions est un atout de taille. En termes économiques, c'est aussi un gisement pour de nombreuses créations d'activité, à condition de s'y intéresser dès maintenant. C'est le cas d'Angers et de ses écoles, qui ont pris une longueur d'avance dans le domaine." Le Green code lab challenge est en une bonne illustration: lors de la précédente édition l'an passé, les trois équipes lauréates étaient toutes issues d'écoles angevines.

Retour au contenu principal

Contenu secondaire

Passer le contenu secondaire

À ne pas manquer

En ce moment sur le territoire

Retour au contenu secondaire

6288